23 October 2019
Contact - A propos - Facebook - Livescore - Partenaires - Flux RSSrss

F1 – Lewis Hamilton remporte le Grand Prix de Monaco

GP Monaco 2016 F1 PirelliLe départ du Grand Prix de Monaco est donné derrière la voiture de sécurité sur une piste détrempée, qui chamboule le calcul des stratégies dans la mesure où tous les pilotes s’élancent avec les pneumatiques Cinturato Bleu pluie (conformément au règlement).

Le Safety Car regagne la voie des stands à l’issue du septième tour et plusieurs pilotes l’imitent pour monter des gommes intermédiaires. En dépit d’une piste qui s’assèche, le pilote Mercedes Lewis Hamilton est l’un des deux seuls concurrents à conserver les « full pluie », ne s’arrêtant qu’au 31e tour pour basculer sur les P Zero Violet ultra-tendres. Daniel Ricciardo (Red Bull), l’auteur de la pole position, opte pour les P Zero Rouge super-tendres une boucle plus tard, mais ressort derrière Hamilton. Débute alors entre eux un passionnant duel pour la tête.

Force India adopte pour sa part une stratégie alternative avec Sergio Perez, qui se classe troisième depuis la huitième place sur la grille, ayant troqué ses intermédiaires pour rejoindre l’arrivée avec les P Zero Jaune tendres.

Les cinq types de mélanges proposés à Monaco – pluie, intermédiaires, tendres, super-tendres et ultra-tendres – ont été massivement utilisés tout au long de l’épreuve. Le coup d’envoi ayant en effet été donné avec les pneumatiques pluie, les teams n’avaient aucune obligation de chausser deux trains de slicks. Le vainqueur boucla ainsi 47 tours avec les ultra-tendres, qui n’avaient jamais pris la piste avant les essais libres, et qui ont permis au pilote Mercedes de signer le meilleur tour en course en toute fin de parcours.

Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport : « En raison de la pluie qui s’est abattue en début de course, et malgré la totale méconnaissance du fonctionnement de ces pneumatiques, dans ces conditions, avec les nouvelles générations de monoplaces, à Monaco, les écuries ont dû déterminer le point à partir duquel il fallait basculer des « pluie » aux « intermédiaires ». Comme il est de coutume ici, elles ont évolué sur un fil pour définir la stratégie optimale. Nous avons ainsi observé différentes tactiques, Lewis Hamilton nous gratifiant d’un choix très inspiré en faisant le grand saut entre « full pluie » et slicks Violet. Enfin, grâce à d’autres solutions et malgré les difficultés à dépasser, de nombreux pilotes sont parvenus à gagner des places par rapport à leur position de départ, »

,