16 October 2019
Contact - A propos - Facebook - Livescore - Partenaires - Flux RSSrss

F1 – Lewis Hamilton décroche la Pole en Autriche

Hamilton F1 PirelliLe pilote Mercedes Lewis Hamilton décroche la pole position en Autriche grâce aux pneumatiques P Zero Violet ultra-tendres. Sur une piste s’asséchant en Q3 – segment qui débuta avec les gommes intermédiaires – la pole position a été attribuée en fonction du timing observé par les pilotes pour effectuer leur dernier run.

Le thermomètre afficha des températures de piste élevées dès les Essais Libres 3, avec des pointes allant jusqu’à 48°C. Au début des qualifications, ces valeurs ont ensuite dépassé 50°C, soit les plus importantes observées depuis le début du week-end. Les conditions météos demeurent cependant incertaines pour le Grand Prix, tandis que les contraintes sur les pneumatiques seront axées sur la motricité plutôt que sur les charges latérales.

Avec une différence de 0’’4 au tour entre les mélanges super-tendres et ultra-tendres, deux arrêts aux stands devraient être privilégiés en course. Ce faible écart est dû à la courte longueur du circuit et cela devrait permettre de diversifier les options stratégiques.

Tous les pilotes ont chaussé les enveloppes ultra-tendres en Q1, interrompue par l’accident dont a été victime Daniil Kvyat (Toro Rosso) et qui n’a pas été relancée. En Q2, les pensionnaires des écuries Ferrari et Red Bull ont préféré établir leurs performances avec les super-tendres, ce qui devrait leur permettre de boucler un premier relais plus long que leurs concurrents ayant opté pour les ultra-tendres. La pluie s’est ensuite abattue en Q3, obligeant l’ensemble du plateau à chausser les intermédiaires avant de basculer, en fin de séance, sur les slicks ultra-tendres.

La composition de la grille de départ devra néanmoins tenir compte des pénalités, et par conséquent, la McLaren de Jenson Button s’élancera depuis la 3e position.

Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport : « L’Autriche a prouvé être jusqu’à présent le meeting le plus imprévisible de la saison, et avant l’apparition de la pluie en Q3, les chronos s’étaient révélés plus de deux secondes plus rapides que ceux établis au même moment en 2015. Tant par la météo que par les incidents en piste, cette incertitude devrait se poursuivre demain. Nous estimons que deux arrêts seront privilégiés, avec un premier relais relativement court en ultra-tendres, qui offrent une performance optimale au détriment de la longévité. Nous avons d’ores et déjà observé des différences d’approche entre les teams durant les qualifications, et en optant pour les super-tendres, les Ferrari et Red Bull bouclerons sans doute, au contraire, un long premier run. Lors du dernier segment (Q3), enfin, il a fallu aux pilotes déterminer la fenêtre idéale pour profiter de la quintessence des pneumatiques slicks sur cette piste s’asséchant. »

Les observations menées sur les pneumatiques aujourd’hui :

Tendres : Uniquement chaussés en EL3, mais devraient tenir un rôle majeur en course.

Super-tendres: Destinés à varier les stratégies, puisque Ferrari et Red Bull les ont utilisé en Q2, et pourront en profiter demain pour effectuer un long premier relais.

Ultra-tendres : Privilégiés en Q1, puis en Q3 lorsque la piste s’est asséchée.

Stratégies de course : En raison des données différentes relevées vendredi et aujourd’hui, diverses options sont permises et il est à l’heure actuelle difficile d’établir la stratégie idéale pour le Grand Prix. Les pilotes qui disposent de deux trains de pneumatiques tendres bénéficient potentiellement d’un avantage, et deux pit-stops devraient constituer la combinaison victorieuse. Si l’on se réfère aux datas de ce samedi, deux solutions à deux arrêts peuvent produire un même résultat, à savoir : départ en super-tendres avant de boucler deux relais en tendres, avec passage aux stands aux 16e et 44e tours ; ou départ en ultra-tendres, puis deux runs en tendres avec arrêts aux 10e et 40e tours. Cette dernière stratégie devrait néanmoins se révéler légèrement moins efficace.

, ,