16 October 2019
Contact - A propos - Facebook - Livescore - Partenaires - Flux RSSrss

Football : Bordeaux et Nice se quittent sans but

Bordeaux Nice résultatAu terme d’une rencontre plaisante, les Marine et Blanc se neutralisent à domicile contre de timides Niçois. Les Girondins, convaincants dans le jeu, peuvent regretter leur inefficacité devant le but. Cependant, ils auraient sans doute dû bénéficier d’un pénalty dans les ultimes minutes.

Les compositions d’équipe

Willy Sagnol met en place un 4-4-2 pour affronter une équipe de Nice portée vers l’attaque. Thomas Touré est titulaire, tout comme Maxime Poundjé sur le côté gauche de la défense. Diego Rolan porte le brassard de capitaine.

De son côté, Claude Puel aligne la même équipe qui a concédé le match nul contre l’Olympique de Marseille dimanche dernier. En l’absence d’Hatem Ben Arfa, Mathieu Bodmer évolue derrière les deux attaquants.

Deux formations sérieuses et appliquées

Les Girondins sont bien rentrés dans cette rencontre. Les hommes de Willy Sagnol jouent haut et se procurent la première occasion. Bien décalé par Thomas Touré, Adam Ounas tente sa chance des 25 mètres, mais sa frappe est captée par Cardinale (4’). Les Niçois répliquent deux minutes plus tard. Suite à un coup franc excentré, la tête de Paul Baysse oblige Paul Bernardoni a effectué une parade de grande classe (6’). Les débats sont équilibrés et les deux formations bien en place.

Les Niçois maîtrisent l’entrejeu

Les Aiglons prennent peu à peu le jeu à leur compte. Les corners s’enchaînent en leur faveur, mais ils ne parviennent pas à s’imposer dans les airs. Bordeaux procède en contre-attaque mais, bien regroupée, la défense niçoise veille au grain. La bataille s’effectue au milieu du terrain. Les deux équipes combinent bien mais peinent à se montrer dangereuses dans les surfaces de vérité.

Bordeaux domine mais ne concrétise pas

Les Bordelais retrouvent des couleurs. Après un bon centre de Diego Rolan, Cheick Diabaté voit son coup de tête frôlé la barre transversale de Cardinale (33’). Sur l’action qui suit l’attaquant uruguayen ne parvient pas à profiter d’un cafouillage dans la surface des Aiglons, il était pourtant en position idéale (35’). Les occasions s’enchaînent et c’est une nouvelle fois les Marine et Blanc qui se montrent dangereux. Thomas Touré trouve les gants de Cardinale sur coup franc direct (38’), tandis que Cheick Diabaté manque le dernier geste devant le portier Niçois (42’). Les deux équipes regagnent les vestiaires sur un score nul et vierge.

Une domination toujours stérile

Les Girondins semblent être revenus sur la pelouse avec les mêmes intentions. Suite à un centre venu de la gauche, Cheick Diabaté, seul au point de pénalty, manque le cadre (48’). Les Marine et Blanc se montrent de plus en plus dangereux au fil des minutes, mais Adam Ounas, puis Thomas Touré manquent le dernier geste dans les derniers mètres (53’). Très peu inquiété, Paul Bernardoni reste sérieux dans son but.

Les Aiglons reprennent des couleurs

Bousculé, Claude Puel effectue un double changement à l’heure de jeu pour tenter de redynamiser son équipe. Rémi Walter et Dorian Caddy remplaçent Alassane Pléa et Vincent Koziello. Le rythme a légèrement baissé, et c’est au tour des Aiglons de s’approcher du but adverse. Jérémy Pied et Nampalys Mendy, pourtant en position favorable, n’inquiètent pas le portier girondin (70’). Les deux formations se neutralisent à un quart d’heure de la fin de la rencontre.

Pourtant convaincants, les Girondins concèdent le nul

Thomas Touré fait parler sa technique dans cette fin de rencontre, mais les différences qu’il crée ne profitent pas aux attaquants (78’, 79’). Malcom et Lamine Sané font leur apparition sur la pelouse en lieu et place de Mathieu Debuchy et de Diego Rolan (82’). Sur un centre de Malcom côté gauche, Nampalys Mendy freine le ballon de la main dans sa surface, mais M.Rainville ne signale rien. Les Girondins auraient dû bénéficier d’un pénalty (86’).La rencontre se termine sur ce score de parité. Convaincants mais inefficaces, les Marine et Blanc peuvent regretter leurs occasions manquées.

, , ,